INTERNATIONAL ... ?

Publié le par Assos Loi 19o1 YA BASTA

 

 

http://cnt-ait.info/rubrique.php3?id_rubrique=4

Rapport DCRG

Dans un rapport daté du 23 novembre, la direction centrale des
renseignements généraux (DCRG) tire les enseignements de la vague de
violences urbaines qui a traversé le pays à partir du 27 octobre. /"La
France a connu une forme d'insurrection non organisée avec l'émergence
dans le temps et l'espace d'une révolte populaire des cités, sans leader
et sans proposition de programme"/, observe la DCRG, qui évalue le coût
des violences à /"plus de 250 millions d'euros"/.


Selon le rapport, dont /Le Parisien/ du mercredi 7 décembre publie des
extraits, /"aucune solidarité n'a été observée entre les cités//",/ les
jeunes s'identifiant /"par leur appartenance à leur quartier d'origine
et ne se reconnaiss/(ant) /pas dans ceux d'autres communes"/.

Les policiers affirment qu'/"aucune manipulation n'a été décelée
permettant d'accréditer la thèse d'un soulèvement généralisé et organisé"/.

Ainsi, les islamistes n'auraient joué /"aucun rôle dans le déclenchement
des violences et dans leur expansion"/. Ils auraient au contraire eu
/"tout intérêt à un retour rapide au calme pour éviter les amalgames"/.
L'extrême gauche, de son côté, /"n'a pas vu venir le coup et fulmine de
ne pas avoir été à l'origine d'un tel mouvement"/.

Les policiers assurent par ailleurs que /"les jeunes des cités étaient
habités d'un fort sentiment identitaire ne reposant pas uniquement sur
leur origine ethnique ou géographique, mais sur leur condition sociale
d'exclus de la société frança//ise"/. Ils précisent que /"les jeunes des
quartiers sensibles se sentent pénalisés par leur pauvreté, la couleur
de leur peau et leurs noms. Ceux qui ont saccagé les cités avaient en
commun l'absence de perspectives et d'investissement par le travail dans
la société française/".

/"Tout s'est passé comme si la confiance envers les institutions, mais
aussi le secteur privé, source de convoitises, d'emplois et
d'intégration économique, avait été perdu//e",/ ajoutent les RG.

En conclusion, les policiers évoquent avec inquiétude, à propos des
cités, des /"ghettos urbains à caractère ethnique"//. "Il est à craindre
désormais que tout nouvel incident fortuit (décès d'un jeune) provoque
une nouvelle flambée de violences généralisées/", concluent les
renseignements généraux.

 

A DECOUVRIR :  http://www.infoguerre.com/

De FIL INFO

CHILI : 8 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes dimanche pour trouver un successeur au Président sortant Ricardo Lagos. Selon les premiers résultats du scrutin annoncés dimanche soir, la candidate de la coalition sortante de centre gauche, la socialiste Michelle Bachelet sortirait vainqueur du scrutin. Ce serait la première fois dans l'histoire du pays qu'une femme accède à ce poste. Ses principaux rivaux sont l'entrepreneur milliardaire Sebastian Pinera, représentant de la droite modérée et Joaquin Lavin, ancien conseiller économique du dictateur Augusto Pinochet. Le vote est obligatoire au Chili une fois que l'électeur est inscrit. S'il ne se rend pas aux urnes, il risque une amende de 30 à 180 dollars.
COLOMBIE : Selon un rapport de l'Organisation Nationale Indigène de Colombie (
ONIC Organización Nacional Indígena de Colombia) plus de 19 000 indigènes hommes, femmes et enfants ont été contraints de fuir leur maison et leur territoire depuis début 2005. Le rapport indique que "plusieurs des 80 groupes indigènes de Colombie encourent également des risques. En octobre 2005, des centaines de Quechua ont fui les combats au sud du département de Putumayo, quelques-uns d'entre eux trouvant refuge en Equateur voisin. A Choco, au nord-ouest du pays, des centaines de Embera sont sous la menace constante de perdre leur terre ancestrale". L'ONIC précise également plus de 1 600 indigènes ont été assassinés au cours des 20 dernières années dont 60 % d'entre eux durant les 5 dernières années. Selon le HCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés), "cette tragédie demeure en grande partie invisible. Les terres indigènes se situent dans des zones éloignées et stratégiquement importantes où des groupes armés irréguliers sont fortement présents. Des crimes et des abus des droits de l'Homme contre les peuples indigènes sont souvent passés sous silence et restent impunis".

... Cool...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article