Sans-papiers : y a-t-il une hausse des expulsions ?

Publié le par Assos Loi 19o1 YA BASTA

L'intégralité du débat avec Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des droits de l'homme (LDH), mercredi 23 août 2006

Extraits ; ( Source ; Le Monde )

Que-la-france-soit-belle : En avez-vous une estimation, en valeur absolue ou en pourcentage ?  

Jean-Pierre Dubois : Entre 2005 et 2006, pour le premier semestre, la hausse des reconduites à la frontière n'est pas très significative. En revanche, le second semestre 2005 a été marqué par une augmentation de l'ordre de 30 % en raison des consignes auxquelles je viens de faire allusion. Le ministre de l'intérieur voulait parvenir à 24 000 reconduites en 2005, il a dépassé les 20 000 et cela ne lui suffit manifestement pas. Il reste que l'opération prévue pour juillet 2006 d'expulsion massive des familles d'enfants scolarisés à la fin de l'année scolaire aurait porté sur des milliers de personnes. Et la menace n'est évidemment pas définitivement écartée.  

M. Klarsfeld annonçait ce matin dans ce même forum l'attribution à chaque famille expulsée d'une subvention de l'ordre de 10 000 euros. Pensez-vous que cette mesure soit un effet d'annonce ou qu'une telle somme serait débloquée si le ministre parvenait à ses fins ?

Jean-Pierre Dubois : M. Klarsfeld n'a pas plus de pouvoirs que de compétences en la matière. Seul le gouvernement pourrait décider d'une telle mesure. Nous sommes habitués aux déclarations les plus fantaisistes et contradictoires de ce médiateur médiatique. Pour mémoire, dans la même journée (début juillet 2006), M. Klarsfeld avait annoncé, d'une part, qu'aucune famille ne serait expulsée pendant l'été, et, d'autre part, que si des familles ne remplissaient pas les critères de la circulaire, elles pourraient être expulsées, même avant la rentrée scolaire. Bien évidemment, c'est la deuxième affirmation qui était vraie. Il me paraît évident que dans le cas présent nous sommes plutôt dans le registre du conte de fées.

En revanche, il est vrai que depuis des années les services de police tentent d'acheter la coopération des personnes reconduites en leur proposant de l'argent dont la plus grande partie ne peut être versée qu'à l'arrivée. C'est hélas une pratique prévue par les textes, bien qu'il ne soit guère nécessaire de la qualifier davantage. Cette aide au retour peut aller jusqu'à 1 500 à 2 000 euros pour une famille, mais dans la grande majorité des cas, les familles la refusent : aucune somme d'argent ne peut rendre vivable leur existence dans un pays où ils n'ont plus d'attaches.  

 

Les dernières expulsions de sans-papiers choquent sans doute bon nombre de Français. Mais, soyons honnêtes néanmoins, notre pays n'a pas les moyens d'accueillir tous ces gens : vrai ou faux ?  

Jean-Pierre Dubois : "Tous ces gens" : l'Europe occidentale, tous pays réunis, n'accueille que 5 % des migrations sur cette planète. Et la France est loin d'être le pays le plus concerné en Europe. C'est dire que la cinquième puissance économique mondiale a parfaitement les moyens de traiter humainement et dignement les immigrants qu'elle reçoit et qui sont infiniment moins nombreux que ceux que prennent en charge des pays africains bien plus pauvres.

Il faut aussi savoir que de très nombreux sans-papiers travaillent et sont d'ailleurs surexploités par des employeurs sans scrupules, en particulier dans le bâtiment, les travaux publics, le textile et la restauration. En Espagne, la régularisation de plusieurs centaines de milliers de sans-papiers a non seulement mis fin à cette surexploitation inadmissible, mais a apporté une contribution décisive au redressement des comptes de la Sécurité sociale et à la croissance économique.  

Ainsi, la justice et le respect des droits sont loin d'être incompatibles avec l'intérêt bien compris de notre pays. Vous avez raison, il faut être honnête, et il est plus que temps que l'ensemble des hommes et femmes politiques dissipent les fantasmes et les peurs en disant enfin la vérité sur ce sujet. ...  

 

 

Commenter cet article