Infos du Monde ... De José Bové

Publié le par EL

 

"  UN CANDIDAT CONDAMNE,  C'EST UNE PREMIERE "

 

Cette condamnation va-t-elle changer vos plans ?
Non. Je n’ai pas été privé de mes droits civiques. Je ne suis pas un voyou, je n’ai jamais volé dans la caisse, je peux donc toujours me présenter à la présidentielle. Cette épée de Damoclès ne modifiera ni mes convictions ni ma décision d’incarner les collectifs unitaires de la gauche antilibérale, hors de la logique des partis.

 Seriez-vous prêt à purger une peine alternative, comme le port d'un bracelet électronique ?
Il n’y a pas d’alternative à l’incarcération. J’assume mon combat qui est un combat pour des idées, pour la diversité biologique et agricole, contre les dangers des OGM en termes d’environnement, de pollution et de risques potentiels pour la santé qui n’ont jamais été évalués. C’est aussi un combat pour le respect de la démocratie puisque jamais les Français n’ont pu choisir d’utiliser ou non des OGM dans l’agriculture et l’alimentation.

Un candidat derrière les barreaux, ça vous paraît symbolique ?
A ma connaissance, un candidat condamné, c’est une première. Ce qui existe déjà, c’est de se représenter pour ne pas être condamné ! Cela dit, la prison, c’est sérieux, ce n’est pas rigolo du tout. Aujourd’hui, c’est un lieu de destruction, pas de reconstruction.

Si Nicolas Hulot s’était déclaré candidat, y seriez-vous allé ?
Nous ne sommes pas concurrents. L’originalité de ma campagne, c’est de lier la lutte contre les inégalités à la question de l’environnement. Ces deux combats ne peuvent être dissociés. C’est la logique de marchandisation qui accélère la destruction de la planète.

 Les sondages vous créditent de moins de 5%. Comment l’analysez-vous ?
Notre campagne vient de commencer. Elle a vraiment démarré hier à l’occasion du meeting dans les Bouches-du-Rhône. J’ai choisi Aubagne plutôt que le bagne ! D’autres sont en campagne depuis des mois et stagnent toujours autour de 1%.

Si vous êtes élu, quelle sera votre première mesure ?
Je lancerai un plan d’urgence sociale. Il y a plus de sept millions de pauvres en France, en situation de précarité, de dénuement et de bas salaires. En parallèle, je créerai une Assemblée Constituante pour en finir avec le système de monarchie actuel. Enfin, la question des quartiers populaires et des banlieues est une priorité nationale. Il faut sortir du ghetto

ET NOUS SOMMES À UN MOMENT OÙ L'INSURRECTION ELECTORALE EST EN TRAIN DE SE LEVER !!!

                                                    SIGNEZ et FAITES SIGNER _____________________

 

WWW.UNISAVECBOVE.ORG

Publié dans Elections Françaises

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article