Infos du Monde ... EDF devient la première capitalisation boursière française

Publié le par des Electrons Libres

 

PARIS (Reuters) - Electricité de France poursuit son envolée jeudi à la Bourse de Paris, dont elle est devenue la première capitalisation, portée sur une meilleure valorisation des activités nucléaires et l'anticipation de la fin prochaine des tarifs réglementés en France.

Vers 10h40, EDF gagnait 4,44% à 77,39 euros dans plus de 1,6 million de pièces, soit 1,06 le volume quotidien moyen des 30 dernières séances. Sa capitalisation atteint 141 milliards contre 140,4 milliards pour Total (-1,06% à 58,67 euros), qui détenait le premier rang jusqu'ici.

EDF a été introduite en Bourse fin 2005 à 32 euros. Depuis le début de l'année, il affiche un gain de plus de 40% contre 9% pour le DJ Stoxx Utilities.

UBS a relevé son objectif de cours de 80 à 100 euros en insistant sur les atouts du groupe dans le nucléaire. Dans une note, les analystes Per Lekander et Sarah Comper citent comme catalyseurs l'augmentation du taux d'utilisation des centrales et l'extension de la durée de vie. Ils évoquent aussi la poursuite de la réduction des coûts, la progression des tarifs non régulés et l'élimination progressive des tarifs régulés.

Ils tablent aussi sur une vente de 7% à 8% du capital par l'Etat, qui détient actuellement 80%, dès septembre.

Société Générale a porté son objectif de 66 à 88 euros. Dans une note, les analystes financiers John Honoré et Adam Dickens expliquent qu'ils prennent en compte la perspective d'une revalorisation des activités nucléaires, notamment dans la perspective de la vente de capacité d'Electrabel (groupe Suez) en Belgique qui donnera un élément de référence.

Ils évoquent aussi la reprise du marché nucléaire et la possibilité d'une acquisition pour améliorer le profil européen. Enfin, ils n'excluent pas un élargissement du flottant avec la vente d'une seconde tranche du capital. Ils arrivent à une valorisation par la somme des parties de 111 euros mais ils mettent en garde contre un éventuel interventionnisme du gouvernement sur les tarifs.

Les spécialistes du secteur sont particulièrement optimistes sur EDF en raison notamment de la fin programmée des tarifs réglementés en France. Dans le cadre de la libéralisation du marché de l'énergie, qui sera totale au 1er juillet, le gouvernement a imposé le maintien de ce cadre.

Les prix sont fixés sur les capacités de pointe, c'est-à-dire les centrales thermiques fonctionnant avec des énergies fossiles, alors que les cours du pétrole et du gaz sont orientés à la hausse. Dans le même temps, EDF produit 90% de son électricité grâce à ses centrales nucléaires et hydrauliques.

La Commission européenne veut la fin des tarifs réglementés de même que la suppression du "tarif de retour" permettant aux entreprises qui avaient choisi le marché de bénéficier pendant deux d'un prix inférieur. Pour certains analystes, il n'est pas exclu que Bruxelles saisisse les juridictions européennes.

Une telle mesure ne serait que bénéfique pour EDF d'autant que le groupe réalise par ailleurs des progrès dans la réduction de ses coûts opérationnels.

 

 

Commenter cet article