Infos du Monde ... Du Pic Pétrolier ...

Publié le par des Electrons Libres

 

   ( Piqure de Rappel )

 

La Route du Pétrole ( Source  la Fille du Père Noël )

Cette huile noire est certainement la source majeure des conflits modernes. L'énergie, dont notre civilisation occidentale de consommateurs dépend directement, est produite en très grande partie à partit du pétrole. Les produits dérivé, issus de l'or noir, sont légions, On compte environ 3 000 produits faits à partir de pétrole brut. Ainsi,Le pétrole brut est utilisé dans la fabrication de produits tels l?encre, les crayons à colorier, la gomme à mâcher, les détergents à vaisselle, les déodorants, les lunettes, les disques, les pneus, l?ammoniac et les valvules cardiaques mécaniques.

Le pétrole est aussi la principale donnée économique influençant le monde, le rapport que les états ont entre eux. C'est par exemple ce qui permet à l'Arabie Saoudite d'être une des pires dictatures, tout en étant un allié inaliénable des Etats-Unis. Donnée économique incontournable, simplement parceque tout échange de pétrole dans le monde, se fait en dollars...en pétro-dollars. Exemple concret : Un pays qui veut acheter du pétrole à un autre, doit le faire en dollars. Dès lors, il s'agit pour ce pays d'acheter des bons du trésor américains, de manière à avoir les devises nécessaires pour la transaction. On estime que la chine possède dans ses coffres pas loin de mille milliards de dollars américains...Pour le commerce global, mais surtout pour acheter du pétrole, indispensable pour cet énorme pays "émmergeant".

Bien entendu, c'est tout bénéfice pour les Etats-Unis, qui font tourner la planche à billet à volonté, sans grand risque de voir leur monnaie se casser la gueule...trop de gens puissants à travers le monde ont de très gros intérêts dans les pétro-dollars. En résumé, ceci leur permet de vivre à crédit, tout en maitrisant leur créditeurs.

Pourtant, depuis la chutte de l'U.R.S.S. les choses ont bien changés sur le front de la géo-stratégie mondiale. La Chine et l'Inde, entre autre, sont arrivés sur le marché avec une gourmandise à la taille de l'immensité de leur territoire et de leur population. Ils s'agit donc pout les Etats-Unis de s'assurer non seulement leur propre approvisionnement, mais aussi de sécuriser les routes du pétrole, puisque chaque barril sera payé en dollars. Un barril qui arrive à bon port, c'est des dollars achetés au trésor américain.

Cette carte fournie par le monde diplomatique est tres parlante à ce sujet. Lorsqu'en 2001, l'Irak de Saddam Hussein menaça de coter sa production pétrolière en Euro, c'est une clé de voûté qui menaçait de s'effondrer, en risquant d'entrainer avec elle des pans entiers de l'économie U.S. En guise d'arme de destruction massive, on était pas loin...sauf qu'il ne s'agissait pas de missiles bourrés d'anthrax ou d'autres joyeusetés, mais simplement de mettre en péril la monnaie impérialiste par excellence.


cliquez sur la miniature pour voir la carte en grand
© monde diplomatique



On parlera donc forcément d'Israël...et sur Lfdpn, lorsqu'on parle "Israël", on entend l'Etat d'Israël, pas le peuple israëlien, à moins que le contraire soit exprimé. Ces gants étant mis, poursuivont.

Qu'il s'agissent de coïncidences ou non, cette carte nous permet de voir plusieurs points chauds, justement au coeur de l'actualité.

Israël, vassal américain au Proche Orient, ressemble surtout à une base militaire chargée de veiller au bon déroulement de la route du pétrole vers l'Europe et la côte Est des Etats Unis. Une entrée sur la méditérannée, une armée puissante capable de mettre au pas tout pays qui aurait l'outrecuidance de spéculer sur son pétrole. Plus au nord, la Turquie, blindée de bases américaines, membre de l'OTAN, est en quelque sorte la deuxième machoire de la tenaille qui tient le Proche-Orient.

La Syrie, de par sa position, est forcément un problème qu'il faudra traiter tot ou tard, en regard de la stratégie des routes du pétrole. Son gouvernement, dictatorial certes, n'est pas en bon terme avec l'administration américaine, d'autant moins qu'Israël le vassal lui cause bien des soucis sur le plateau du Golan, qui outre sa positions frontalière stratégique, renferme surtout des réserves d'eau indispensables à l'agrandissement d'Israël...Vous dites "sionisme" ? Et vous avez surement raison si vous vous référez à la droite israëlienne pronant son "Grand Israël".

Quant au Liban, son problème est d'avoir pour voisin invasif la Syrie, précédement citée, et pour armateur, l'Iran chiite, prochaine étape de la stratégie globale américaine. Le Hezbollah, parti politique légitime, mais aussi milice armée, est considéré comme un danger pour tout ce qui ressemblerait à un pipe-line. Bien entendu, le comportement d'Israël ces quarantes dernières années n'a rien de propice à une entente cordiale entre les peuples. On peut même prétendre sans grand risque d'erreur que son agression actuelle sur le Liban aura surtout pour effet de repousser de l'une ou l'autre dizaine d'années les espoirs de paix et de raison dans la région. Le Proche Orient est une marmitte qui renferme des idéologies antagonistes, des nécéssités stratégique, le tout sous le feu vif des méthodes des faucons de la guerre, tout camps confondus. On peut néanmoins préciser, pour ceux à qui ça aurait échappé que les peuples arabes de la région sont là chez eux, et ce depuis fort longtemps. Oui, même la "terre promise" chère à Moïse était déjà habitée, et l'état hébreux de l'époque était constament en guerre, aux alentours du Roi David.

L'Irak est en sang, mais ce n'est pas un problème prioritaire pour les Etats-Unis, étant donné que le pétrole est extrait et vendu...au bénéfice des Impérialistes, n'allez pas croire que le peuple d'Irak en voie le moindre copek. C'est pourtant déjà un bourbier pour les G.I.'s, et les Etats-Unis se font un honneur de parfaire leur réputation d'ultra-violence. Quoi qu'on en dise, les méthodes et pratiques des terroristes de tout poils sont une sinistre plaisanterie face à la puissance de feu dévastatrice de l'armée de l'oncle Sam. Rien de bon ne sortira de tout ça.

Nous arrivons au point important, celui qui empêche la stratégie des routes du pétrole d'être complètement réalisée. L'Iran, la vieille Perse, connait déjà fort bien les problèmes que peuvent apporter les anglo-saxons dans leurs bagages. Il suffirait de se souvenir d'une loi simple de la physique, le principe d'action-réaction, pour comprendre que si aujourdhui l'Iran est un état islamiste, c'est en réaction à l'impérialisme américain qui veilla dès la fin de la seconde guerre mondiale à être incontournable dans ce pays. Le coup d'Etat du Shah et la guerre Iran-Irak suffisent pour l'exemple.

Seulement voilà, l'Iran, et ils l'ont bien compris, est un mur qui se dresse devant les oléoducs devant aller désservir les Etats asiatiques....Chine en Inde en particulier. L'Iran est aussi un problème de taille pour la sécurité des routes maritimes, dans le golfe persique et la mer d'Oman. Voisin de l'afghanistan, entourré des nouvelles républiques issues de l'effondrement de L'U.R.S.S., déjà acquise, pour la plupart, à la cause américaine...Quand on à besoin de dollars.

Une carte à l'appui, une petite documentation sur le sujet, et nous voyons que les raisons de la guerre sont loin du terrorisme international, celui-ci étant plutot une conséquence de l'impérialisme U.S. et de son (ses) vassal.

Une autre précision concerne les réserves mondiales de pétrole. Il est aujourdhui de notoriété publique que ces réserves n'en ont plus pour très longtemps. En faisant le tri des diverses estimations, on peut penser qu'il reste des réserves de pétrole suffisante pour une période comprise entre 10 et 20 ans. Tout dépendant du niveau exponentiel de la consommation des uns et des autres. Au train où on est parti, planchont plutot pour 10 ans. Du pétrole cher donc, il l'est déjà aujourdhui, et ce sera pire demain. Dès lors, 10 ou 20 ans d'égémonie sur la principale ressource naturelle suffiront-ils aux Etats Unis pour préparer une inévitable transition vers une autre organisation de leur consommation d'énergie. On peut cependant penser, au vu des méthodes utilisées, que les stratèges impérialistes ne pensent pas si loin, tout porte à croire que leur vue ne va pas au delà de l'une ou l'autre année, leur puissance militaire devant pouvoir se déployer rapidement partout dans le monde, pour régler des problèmes ponctuels.

Quant on voit que tout l'occident ne représente même pas la moitié des seules Chines et Indes en terme de population et donc de besoins énergétique, ont pourrait croire que les Etats-Unis ont choisis le coup de poker sur fond de western. Leur économie, capitaliste entre toutes, à besoin d'être indispensable pour survivre. Ils ralfent les premières mises, tantot avec des paires, tantot avec des brelans, mais ils risquent, à terme de se retrouver face à un carré d'as. De par leur pratique, ils replacent la Russie - qui garde pourtant profil bas, bien occupée par ses propres problèmes - au coeur de la diplomatie mondiale. N'est il pas étonnant de voir que ce furent les russes qui proposèrent un cessé le feu humanitaire dans le conflit au Liban ? Un rôle humaniste d'habitude cher à la France.

On n'enchaînera pas, chez Lfdpn, sur les théories du complot qui tournent autour des attentats du 11 septembre. On préfèrera laisser le lecteur voir par lui même si les pièces du puzzle ont l'air de tenir ensemble.

Pour conclure, par rapport aux derniers événements en Angleterre, on peut remarquer que les services secrets britaniques, reconnus pour leur flegme et leur discretion, font pour le coup, une campagne médiatique digne d'une élection présidentielle. Quelle est donc cette nécéssité qui les pousse à faire la une de tous les journaux sur les - prétendus (parceque où sont les preuves) - attentats déjoués. Il est rare que des services secrets se sentent la nécéssité de lancer une campagne publicitaire, n'ayant au final rien à vendre d'autres qu'une éventuelle théorie sécuritaire. Bref, c'est bien beau de prétendre que les terroristes présumés sont des gens normaux, que leurs moyens sont dérisoires, et que donc forcément, ils sont tout désignés pour avoir la volonté de finir en vapeur de martyr dans l'explosion d'un avion. Mais tout ça ne colle pas, et cette histoire de gens normaux, permet surtout pour le coup, de faire passer dans l'opinion publique l'idée que la sécurité est plus importante que nos libertés individuelles, qu'il est normal qu'on fouille les bagages et les personnes de manière aléatoire, et qu'on prenne des mesures de sécurité qui ont les deux pieds en plein dans le ridicule.

Georges Orwell à encore gagné des points.

 

 Quelques liens pour se documenter :

http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/caucasepetrolemdv1998
http://www.centreinfo-energie.com
http://www.oleocene.org
http://www.lexpansion.com/art/6.0.123766.0.html
http://www.coranix.com/106/petrole.htm
http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=32501

 



"La Grande Puissance Imaginaire" - Science fiction ou trop plein d'imagination ?

Dans un monde imaginaire, sur un continent imaginaire, au sein d'une Grande Puissance Imaginaire, des découvertes technologiques ont permis de relever une économie trop monotone de fin de millénaire. Soumise à un système qui l?oblige à croître encore et encore, la Grande Puissance Imaginaire, qui comptait bien rester grande puissance, ne pouvait se contenter de cette situation. Tout allait bien, les investisseurs accouraient de toutes parts, la confiance était au rendez vous, la croissance aussi.

Il arriva un jour où certains se rendirent compte que ces technologies ne remplissaient pas leurs promesses, que les résultats sur le long terme étaient incertains, qu'en fait de nouvelle économie, celle-ci était virtuelle. Alors la confiance s'effondra tout d'un coup...et la croissance aussi. De fait, chacun comprit rapidement qu'il fallait placer ses oeufs dans d'autres sacs pour éviter la ruine. Beaucoup restèrent malgré tout sur le carreau.

Mais la chute ne semblait pas devoir s'arrêter, et comme les plus grosses entreprises imaginaires de la Grande Puissance Imaginaire du continent imaginaire d'un monde imaginaire s'étaient investies dans ce nouvel eldorado imaginaire, une catastrophe, un super séisme économique était à craindre, ruine, famine, misère.


graphisme paru dans l'Atlas 2006 du monde diplomatique. une économie artificielle ?

Heureusement, l'élite de la nation imaginaire trouva une parade stupéfiante. « Quitte à risquer une crise majeure qui nous coûtera des millions de vies humaines, autant tenter de vaincre le mal par le mal ». C'est ainsi qu'un théoricien proposa de sacrifier quelques milliers de vies pour en sauver plusieurs millions. La méthode était d'une simplicité d'évangile imaginaire : provoquer d'urgence une crise mondiale permettant de recentrer l'économie mourante sur d'autres bases.

Alors ils inventèrent secrètement une nouvelle manière de faire la guerre, mais cette nouvelle manière, ils la retournèrent contre leur propre citoyens. Comme prévu dans la théorie, le but était d'échanger quelques milliers de vies contre plusieurs millions. Les résultats furent immédiats, confirmant ainsi la théorie. Le monde Imaginaire dans son entier fut abasourdi par ce qu'il se produisit alors, et tous les pays imaginaires proche de la Grande Puissance Imaginaire se rallièrent à sa cause, proposèrent leur aide. Le premier palier de la théorie était atteint.

Le plus dur restait toutefois à faire, il fallait en même temps faire croire qu'on pourchassait les coupables imaginaires des milliers de morts, tout en continuant à préparer et à optimiser la Théorie, qui depuis sa première réussite, mérite bien un T majuscule.

Et c'est ainsi que le deuxième pallier de la Théorie fut atteint. Le monde imaginaire était persuadé que la Grande Puissance Imaginaire oeuvrait pour le bien de tous. Fort de cette position, elle décida, toujours pressée par son économie déclinante d'enclencher la phase numéro trois de la Théorie : s'approprier par la force un maximum de ressources en huile noire, denrée ultra précieuse sur le monde imaginaire. C'était la nouvelle base sur laquelle l'économie de la Grande Puissance Imaginaire devait se recentrer.

Mais à travers le monde imaginaire, des voix se dressèrent, pour émettre les premiers doutes quant aux intentions de la Grande Puissance Imaginaire. Peu importait aux stratèges de la Théorie, le moment était crucial, la phase trois ne pouvait souffrir aucun retard d'exécution, la survie de la Grande Puissance Imaginaire en dépendait. Alors celle-ci usa de tout les tours, de tous les arguments, de toutes les manipulations pour arriver à ses fins. Et c'est ainsi que, malgré les doutes, la phase trois de la Théorie fut effectivement atteinte.

La phase trois était cruciale notamment parce que c'est elle qui, pour la possession de l'huile noire, allait permettre de redresser radicalement la situation au coeur de la Grande Puissance Imaginaire. Bien sur, les résultats d'une théorie surprenante, lorsqu'ils se réalisent sont mille fois plus étonnant encore que la théorie elle même. C'est ce qui se produisit, l'économie de la Grande Puissance Imaginaire reprit son envol, à un niveau tel qu'elle permit presque de faire oublier les précédents succès de l'économie virtuelle, cause principale de tous ces déboires, cause principale de La Théorie.

Aujourdhui, malgré le fait qu'à travers le monde imaginaire de nombreuses nations imaginaires critiquent ouvertement les méthodes de la Grande Puissance Imaginaire, la phase 4 de la Théorie est sur le point de s'accomplir, tous les éléments sont réunis, il ne manque que l'ordre d'agir. La phase 4, est celle qui permettra à la Grande Puissance Imaginaire de s'approprier le monde, en contrôlant pour de nombreuses années l'essentiel des ressources en huile noire, et en la revendant au prix fort aux autres nations. Car oui, si la phase trois s'est accomplie, elle ne suffirait pas longtemps à porter l'économie de la Grande Puissance Imaginaire, on ne peut gouverner un peuple, fut il imaginaire, en fabriquant exclusivement des armes et en produisant seulement de l'huile noire.

Mais les armes et l'huile noire, sont les deux tenants d'un principe bien connu dans tous les univers imaginaires : la raison du plus fort est toujours la meilleure. En étant le détenteur de l?huile noire et de ses routes de distribution, la Grande Puissance Imaginaire pourra dormir sur ses deux oreilles pour plusieurs dizaines d?années.

Mais tout ceci n?est qu?une théorie?imaginaire.

Commenter cet article